Police DEA

L’arrêt cardiaque, nous le savons tous, est la principale cause de décès en Amérique du Nord. Nous savons également que les chances de survie augmentent fortement lorsque la réanimation cardio-pulmonaire et la défibrillation sont entreprises dans les premières minutes qui suivent l’arrêt cardiaque.

Car, dans de nombreux cas d’arrêt cardiaque, le cœur continue de battre, mais le rythme des battements est anormal ce qui rend les contractions cardiaques inefficaces ; le cœur ne peut plus assumer sa fonction de pompe sanguine. Le défibrillateur externe automatisé (DEA) permet de rétablir un rythme cardiaque normal en administrant, si nécessaire, une décharge électrique.

Mais la défibrillation ne suffit pas à elle seule à sauver une vie. Il peut arriver que le cœur ne reparte pas malgré la décharge électrique. Il faut aussi y adjoindre une réanimation cardiopulmonaire efficace. Avant tout, il faut faire le 9-1-1.

Police DEA

Tenant compte de ces faits, plusieurs municipalités ont entrepris l’installation d’appareils de défibrillation dans différents endroits publics ainsi que dans les véhicules de leur service d’urgence, dont les autopatrouilles du service de police, car ces derniers sont généralement les premiers arrivés sur les lieux d’un évènement.

Sur le territoire desservi par le CCSLL, les services de police suivants ont des autopatrouilles munies de défibrillateur

Service de police L’Assomption/St-Sulpice

Service de police Deux-Montagnes

Service de police de Blainville

Service de police de Mascouche

Service de police de Saint-Eustache

Service de police de Saint-Jérôme

Service de police de Terrebonne

Régie de police Thérèse-De Blainville

Service de police de Repentigny

Service de police de Mont-Tremblant

Sûreté du Québec

En avril 2013, le ministère de la Santé et des Services sociaux, en concertation avec le ministère de la Sécurité publique, a pris la décision de doter les véhicules de patrouille de la Sureté du Québec de défibrillateurs externes automatisés (DEA) au cours des trois prochaines années. Le déploiement des DEA dans les véhicules de patrouille suit son cours dans la région.

Toutefois, les policiers conservent le statut de premiers intervenants. Dès que les ambulanciers ou les premiers répondants arrivent sur les lieux d’une intervention, le transfert de responsabilité s’effectue et ils reprennent leur fonction de policier.